Ixion

 

Ixion, Prince Thessalien
Secrètement brûlait d’envie pour
Dia, sublime enfant
Pour elle, un merveilleux présent

« Aucune dote n’est assez chère
Pour faire de toi mon héritière
Celle du royaume de Thessalie »

Stupide est le lapithe
Cupide, ne tient pas sa parole
Déionée, pris de colère
Récupère tous ses tarpans

« Je promets d’offrir à ton père
Un présent d’or et de lumière
pour réparer ce discrédit »

Déionée, convié dans le palais de Larissa
Dans les braises de la vengeance au fond d’un gouffre périra
Dans les limbes de la folie, Ixion le fourbe est condamné
Mais Dia malgré ce crime, Le Grand Zeus implorera

«  Rendez moi mon Ixion
Rendez lui la raison…»

Partager : facebooktwittergoogle plus
pinterest

Electron libre

 

Il faut bien commencer à entrevoir la fin

de ces ventres trop pleins, qui narguent les sans-dents

Tuer la descendance des roitelets mondains

Dont nous sommes sous le joug, a demi inconscients

En ce siècle apathique, l’hémicycle restreint

Les mystères n’en sont plus quand on ne jure de rien

La plèbe ne veut plus, mais elle ne sait plus bien

Elle voudrait le dessus, sans se salir les mains…

Si l’union fait la force, abrégeons cette farce

Partager : facebooktwittergoogle plus
pinterest

Pyromane

 

Tout doit disparaitre, pour réapparaitre

Tout sombrera bientôt dans les flammes

Les vraies utopies et les faux prophètes

Ne seront bientôt plus un dilemme

L’embrasement était programmé

Inutile de lui résister

Il se consume au fond de toi…

Une brasier pour aseptiser

Les âmes les corps et le pensées

Le salut de l’humanité

L’amour nous quitte…

Partager : facebooktwittergoogle plus
pinterest

Atropine

 

Mieux vaut ne pas songer à demain

Et ne jamais croire au destin

Si chaque seconde nous assassine

Elles valent bien qu’on les sublime

Cronos joue et gagne à tout coup

Son Tic-tac résonnera après nous

Dionysos fera oublier

Atropos et son couperet

Ce n’est pas que je tienne à l’éternité

Je me moque bien de la postérité

Les diables et les anges peuvent bien tournoyer

Autour de mon âme, je n’irai pas prier

Laissez moi vivre !!

Les doigts dans la prise, et la poignée en coin

Je ne regrette rien, même si je meurs demain

Laissez moi vivre ma vie !!!

Pleurer le temps qui passe, c’est le saborder

Le jour où l’on trépasse, ne rien regretter

Si la vie est austère, c’est que tu la contemples

Ne passe à côté, fais ce que bon te sembles !

Partager : facebooktwittergoogle plus
pinterest

Tribune

 

Pour tous ceux qui n’ont pas la parole

Nous aurions pu sacrifier nos voix

En voila bien, une idée folle

Quand, au mieux, on est le fou du roi

Une colère sourde au fond de nos gorges

Presque indicible, le mal est captif

Tout ça n’est plus qu’une diversion

Euterpe est la muse du pognon

Puisqu’aujourd’hui on n’écoute plus qu’avec les yeux

Et puisqu’hier ne valait pas vraiment mieux

Pourquoi continuer à jouer le jeu?

On préfère tout détruire, ça défoule un peu…

Les borderlines et tous les écorchés vifs

Colocataires du diable et de sa forge

Tout ça n’est plus qu’une diversion,

Euterpe est la muse du pognon

Chante Encore! Joue Encore! Danse Encore!

Juste une tribune donnée à des pions, est-ce en ça que réside l’évasion?

Partager : facebooktwittergoogle plus
pinterest

1 2 3 16